Culture -

LES ORIGINES DE L'ART AFRICAIN

L'histoire de l'art africain a joué un rôle important dans le façonnement de la culture et de l'histoire du monde. De nos jours, il est indéniable que l'Afrique est le berceau de l'humanité ; cette conviction est ancrée au fond de chacun de nous. Bien avant que l'histoire ne soit écrite, nos ancêtres ont su laisser la trace des origines de l'art africain. Celle-ci est restée préservée grâce à l'oubli de son existence dans le temps.

Vieux de plusieurs dizaines de millénaires, les arts et l'artisanat ont laissé des traces datant jusqu'à 75000 ans. C'est notamment le cas de perles de coquillages, retrouvées dans une grotte d'Afrique du Sud. Une étude sur l'origine de l'art africain indique que les plus anciennes formes de sculpture trouvées proviennent du Nigeria. Elles sont datées d'environ 500 ans avant Jésus-Christ.

Cependant, le manque de fouilles archéologiques empêche de connaître les œuvres d'art à l'origine de l'art africain. De plus, certaines matières premières se sont désintégrées avec le temps. Cela réduit considérablement le nombre d'objets d'art primitif que nous pouvons retrouver.

statues africaines

Statues des rois d'Abomey, XIXe siècle • Musée du Quai Branly

Connaissances actuelles sur les origines de l'art africain

Pertes liées à la colonisation

À partir de 1840, la majorité des pays d'Afrique subsaharienne a subi la colonisation étrangère. Cela a entraîné la mise en place de nouvelles normes culturelles, qui sont alors devenues prépondérantes.

D'une manière générale, les colonialistes ne s'intéressaient pas à l'art indigène. En outre, ces objets n'étaient pas convoités en tant que réalisations esthétiques par les communautés indigènes qui les ont créés. Par conséquent, aucun effort n'a été fait pour les préserver. Souvent, leur valeur était négligeable une fois leur fonction remplie.

En revanche, des voyageurs curieux, des hommes d'église et des commerçants ont acquis de nombreux objets d'art africain. Ces derniers ont ensuite quitté le vaste continent avec leurs possessions. L'Afrique a ainsi perdu d'innombrables pièces d'art le long du chemin de l'existence nomade. C'est pourquoi l'histoire de l'art africain est aujourd'hui peu documentée et préservée.

colonies francaises

Colonies françaises à leur apogée • Le continent africain a été colonisé sous Napoléon III

Spécificités de l'art africain

L'histoire de l'art d'Afrique centrale a fait l'objet d'une attention particulière pour deux raisons. D'une part, les communautés qui y résidaient étaient les plus sédentaires des tribus d'Afrique. D'autre part, elles produisaient des sculptures figuratives, que les collectionneurs occidentaux ont identifié comme de l'art nègre. D'autres formes d'art existaient mais n'ont pas été catégorisées comme telles.

Historiquement, certaines communautés étaient nomades. Elles auraient donc emporté avec elles le moins d'objets possible ; seuls des objets utilitaires auraient donc été transportés. Leur valeur étant basée sur leur fonctionnalité et leurs attributs spirituels, si leur finalité n'était plus de servir le créateur et sa communauté, ils auraient été abandonnés.

Le sujet de base de ces sculptures était la figure humaine. De fortes qualités formelles étaient exposées, avec des caractéristiques de création fortes, créant l'équilibre et l'harmonie. Ces qualités formelles, combinées à une spiritualité puissante et à une vigueur expressive, ont incité les artistes du début du XXe siècle à explorer de nouvelles dynamiques dans les arts visuels. Ainsi, c'est là que se trouve le berceau de l'abstraction moderne.

art africain

De gauche à droite : Nok assis en terre cuite, Ve siècle avant J.-C., Quai Branly • Masque de la Reine Mère • Statue équestre en bois, XVIe siècle après J.-C., Musée d'Art Métropolitain de New York.

Regain d'intérêt au vingtième siècle

Le regain d'intérêt pour les collections d'art africain, tant tribal que contemporain, a obligé les chercheurs et les gouvernements à réexaminer l'essence même de l'art africain. Anciennement stockées dans les coffres des musées, les collections d'Afrique ont alors été mises en avant de la scène artistique. Ce phénomène s'est observé dans les musées d'histoire de l'art africain, les galeries et sur le marché de l'art. Cela a permis de créer une fascination de ce domaine artistique d'une incroyable beauté.

De nos jours, les chercheurs africains et européens étudient encore ces collections. Cela permet non seulement de retracer l'histoire de l'art africain, mais aussi de restaurer les traditions et les compétences artisanales perdues des cultures d'où elles proviennent.

sculpture africaine

Débuts de l'histoire de l'art africain

L'art rupestre est la forme d'art la plus ancienne en Afrique. Or, selon la science de l'évolution humaine, nous pensons que l'Homo Sapiens moderne est né sur ce continent. Il est donc logique que l'Afrique contienne à la fois la plus ancienne collection et la plus grande quantité d'art rupestre sur cette planète.

Les gravures les plus anciennes connues se trouvent en Namibie et datent d'environ 27000 ans, selon les estimations des scientifiques. Cependant, la plupart des experts s'accordent à dire que l'art rupestre africain pourrait remonter à plus de 50000 ans.

petroglyphes

Pétroglyphes de Bidzar au Cameroun

La plus ancienne œuvre connue remonte à 6500 ans avant Jésus-Christ. Elle est conservée au Niger par le sable du Sahara. Il s'agit de gravures, connues sous le nom de pétroglyphes, c'est à dire des dessins gravés dans la pierre. Elles représentent des animaux telles que des girafes, qui ont depuis disparu de cette région.

Ces images nous apprennent comment les anciennes tribus et cultures voyaient l'univers qui les entourait. L'observation des peintures peut nous donner un aperçu de leurs pensées, de leur monde spirituel et physique. 

art rupestre africain

Art rupestre africain

Naissance des arts africains

Des chefs-d'œuvre rivaux : cinquième siècle avant J.-C.

Au cinquième siècle avant Jésus-Christ, naissent deux styles de sculpture incompatibles. Près de 2500 ans plus tard, ces genres deviennent des rivaux acharnés.

L'un est le réalisme classique qui prévaudra de la Renaissance à la fin du XIXe siècle. L'autre est la sculpture africaine, qui déforme les traits et les membres humains de manière dramatiquement expressive. Les figures africaines de cette longue et vibrante tradition inspirent les expériences de Picasso avec le cubisme, qui lancent le courant de l'art moderne.

Les sculptures caractéristiques de l'Afrique constituent la plus grande partie de ce que l'on considère habituellement comme de l'art primitif. Les plus anciennes connues sont des statuettes en céramique datant de 500 avant J.-C., retrouvées au Nigéria dans le village de Nok.

figurines nok

Figurines Nok en terre cuite • Gauche : image par Ericguillouard • Droite : image par Siyajkak • Wikimedia Commons [CC BY-SA 3.0]

Les statuettes Nok représentent principalement des sujets humains. Réalisées en terre cuite, elles combinent des éléments formels forts avec un mépris total pour une anatomie précise. Leur qualité expressive les place indubitablement au début de la tradition sculpturale africaine.

Statuettes africaines en terre cuite : à partir du cinquième siècle avant J.-C.

Aux origines de la sculpture africaine, on retrouve les figurines en terre cuite. En effet, les termites ont été fatales au bois sculpté et il reste peu de traces de ces œuvres de nos jours. De plus, les superbes sculptures en métal du Nigeria sont d'une période bien plus tardive. Les plus anciennes datent du XIIe siècle, bien après les premiers chefs d'œuvres en terracotta.

L'Afrique de l'Ouest fournit la plus grande et la plus riche collection de statuettes en terre cuite. Au Nigeria notamment, les plus anciennes remontent à deux millénaires et demi. D'autres figurines du Ier siècle après J.-C. ont aussi été retrouvées dans la région de Sokoto, au nord-ouest de ce pays.

carte nok nigeria

Aire d'influence de la culture Nok • Par NordNordWest • Wikimedia Commons [CC BY-SA 3.0]

Dans la ville nigériane d'Ife, des têtes et des figurines en terre cuite datant du XIIe au XVe siècle ont été découvertes. Cela correspond à la même période que les premières sculptures en métal moulé de cette région. À Djenné, au Mali, les archéologues ont récemment mis au jour de superbes statuettes en terre cuite de la même période.

Cependant, une exception remet en cause ces origines ouest-africaines. En effet, des œuvres en terre cuite ont été retrouvées en Afrique du Sud. Ce sont actuellement les plus anciennes sculptures connues. Il s'agit de sept têtes modelées dans un style grossier ; elles datent approximativement du VIe siècle après J.-C.

De puissantes statuettes en terre cuite de style traditionnel sont encore fabriquées en Afrique noire aux XIXe et XXe siècles. De cette époque, subsistent également de superbes figurines en bois sculpté.

statuettes africaines bois

Statuettes africaines en bois, XVIIIe et XIXe siècles • Musée de Brooklyn [CC BY 3.0]

Contrairement à la sculpture européenne, l'art tribal africain a un style qui évolue peu au fil des ans. L'étonnante gamme de la sculpture africaine que nous connaissons aujourd'hui était donc probablement tout aussi évidente il y a plusieurs siècles. Cela bien que les œuvres elles-mêmes sont aujourd'hui réduites en poussière.

Sculptures en métal : à partir du douzième siècle après J.-C.

Une tradition inhabituelle au sein de la sculpture africaine est le travail du métal moulé. Les premières créations connues datent du XIIe siècle et ont été retrouvées au sud du Nigéria.

Cet art atteint un sommet de perfection chez les Yoruba de la cité d'Ife. Entre le XIIe et le XVe siècle, des têtes et des masques grandeur nature sont moulés en laiton. Certaines œuvres sont mêmes moulées en cuivre pur, ce qui est techniquement beaucoup plus difficile à réaliser. Ces statuettes dégagent une intensité silencieuse extraordinaire.

L'art perfectionné par le peuple Yoruba se perpétue à partir du XVe siècle au Bénin ; un pays qui est encore un grand centre de fonte des métaux. Les têtes béninoises, ravissantes mais moins puissantes dans leur impact que celles d'Ife, sont communément appelées bronzes du Bénin.

art yoruba

Gauche : masque Yoruba en cuivre • Droite : tête en bronze ; photo par Sailko, Wikimedia Commons [CC BY-SA 3.0]

Ces sculptures sont faites de laiton, fondu à partir de récipients et d'ornements arrivant sur les routes commerciales. L'arrivée des Portugais incite les sculpteurs béninois à entreprendre un nouveau style d'art : des plaques de laiton avec des scènes en relief, dans lesquelles figurent parfois les Portugais eux-mêmes. Ces plaques sont clouées comme décoration sur les piliers en bois du palais royal.

Sculpture sur bois africaine : du dix-neuvième au vingtième siècle

Dans le sud du Sahara en Afrique, le bois est le matériau naturel de la sculpture. En conséquence, les œuvres plus anciennes ont été détruites par les fourmis ou par l'humidité.

En revanche, des statuettes du XIXe siècle ont été préservées en nombre raisonnable, en grande partie grâce aux efforts des collectionneurs. Au XXe siècle, la sculpture sur bois était encore une tradition bien vivante. Aussi, le corpus d'art que nous avons à disposition aujourd'hui est d'une immense richesse.

Il est difficile d'imaginer comment les artistes africains percevaient leur propre travail. Néanmoins, nous savons qu'ils ne le considéraient pas comme de l'art à la manière occidentale consciente des derniers siècles. Les sculptures tribales étaient réalisées dans un but précis et pratique.

Une figure pouvait représenter un ancêtre, destiné à être placé dans un sanctuaire. Un masque pouvait être destiné à être utilisé par un chaman une seule fois par an, lors d'une danse spéciale. Un poteau pouvait être destiné à soutenir la véranda d'un chef ou à faire partie d'une palissade autour de sa maison. Une chaise élaborée était probablement destinée à être utilisée par le chef lui-même.

masques africains traditionnels

Masques africains traditionnels • Photo Pixabay

Art tribal et cubisme : vingtième siècle

Quelle que soit la raison de la diversité de l'art tribal, le résultat est une démonstration inégalée de la puissance de l'imagination. Le sujet de base, comme dans la sculpture occidentale, est le corps humain. Mais le sculpteur tribal est libéré de la camisole de force du réalisme.

Ses ingrédients peuvent être limités aux parties du corps, mais il les réassemble constamment dans de nouvelles dimensions et relations. De l'axe central des yeux, du nez, de la bouche, du nombril et des organes génitaux à la liste périphérique des cheveux, des oreilles, des bras, des seins, des jambes et des fesses ; il est impossible de prédire lesquels de ces éléments joueront les rôles principaux dans une production donnée. Le déséquilibre surprenant est ramené à l'équilibre par la force d'une conception robuste.

De plus, il est difficile de savoir si une œuvre est destinée à paraître triste, terrifiante ou ni l'une ni l'autre. En effet, il s'agit d'une question subjective sur laquelle un étranger peut souvent se tromper. Mais dans ces sculptures, on ne peut se méprendre sur l'énergie et l'espièglerie avec lesquelles le corps humain est transformé, par une distorsion confiante, en une telle galerie de créatures merveilleuses.

Il n'est pas surprenant que Picasso, s'inspire de ces pièces d'une réalité terne pour trouver une nouvelle direction dans le cubisme. Cette mode va même s'affirmer jusque dans les années 1980.

oeuvre cubiste guernica

Guernica de Pablo Picasso a un style inspiré de l'art tribal • Photo par Almudena Sanz Tabernero sur Pixabay

L'art africain : un patrimoine en danger

Malheureusement, une grande partie de ce précieux patrimoine est en train d'être détruite. En effet, l'urbanisation accélère l'érosion naturelle et parfois des graffitis défigurent ces toiles de pierre.

L'histoire de l'art africain représente un patrimoine mondial que nous devons trouver un moyen de préserver. C'est aussi un vecteur essentiel de notre identité culturelle.

Nous espérons que cet article t'a plu et que tu y as trouvé tout ce que tu souhaitais. N'hésite pas à laisser un commentaire pour donner ton avis ou apporter une précision.

Si l'art tribal ou moderne te passionnent, alors tu vas adorer nos Peintures Africaines. Nous te proposons une grande variété d'œuvres différentes, dans un style abstrait ou réaliste.

Tableaux Africains

Laisse un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés